repas - Copie

C'était ma grand-mère maternelle.Une femme de la campagne, dévouée aux siens. Elle a élévé quatre enfants, s'est beaucoup occupée de ses onze petits enfants, les recevant chez elle pour de longues périodes, lorsque les circonstances de la vie de ses enfants l'exigeaient. A commencer par moi-même, l'ainée de ces petits enfants (la gamine avec les doigts dans la bouche, sur la photo !), qui ai passé de longues semaines auprès d'elle. C'est auprès d'elle que j'ai appris le tricot, le crochet. Mais pas le point de croix, qu'elle ne pratiquait pas. Pas assez utile, contrairement au tricot. Elle tricotait pour tout le monde, et avait toujours un pull ou un gilet en train. Sa générosité était simple et naturelle. Elle faisait son jardin, élevait des lapins...Elle ne quittait jamais son tablier (sauf pour la messe du dimanche !)

 

Yvonne Richer était son nom de de jeune fille. Et c'est jeune fille qu'elle a réalisé, sans doute à l'école, l'année du Certificat d'Etude, ce seul témoignage de son aptitude au point de croix  : un marquoir qui m'était familier, puisqu'il trônait, encadré, au mur de la pièce où je dormais lors de mes séjours chez elle :

Marquoir Yvonne

Elle était née en 1909. Ce marquoir doit sans doute dater des années 1923 ou 1924. Malheureusement, la date n'apparaît pas sur le marquoir, pas plus que son nom (seules ses initiales viennent ponctuer l'ouvrage). Mais, comme vous pouvez le voir, il y a un papillon !!!

Papillon 

Incomplet, certes... Tout le bas du marquoir est très abimé. Le coton à broder a été dévoré par des petites bêtes, dont j'ai découvert quelques vestiges lors de mon travail de retranscription de la grille. Cela m'a obligée à inventer la dernière partie de ce marquoir, alors que pour les trois quarts supérieurs, je suis restée fidèle au modèle.

Gros travail, que cette retranscription. Le marquoir étant sous verre, je n'ai eu d'autre solution que de l'installer contre le mur, derrière mon ordinateur, et de répéter sans me lasser la gymnastique suivante : me lever pour compter les points à l'aide d'une épingle sur le cadre, me rasseoir pour retranscrire sur mon logiciel de point de croix, et ainsi de suite... Ensuite, il a fallu faire concorder les 18 grilles (ramenées ensuite à 15) ainsi obtenues... Et enfin, le broder. Deux bons mois de travail intensif.

Inutile  de vous dire mon soulagement lorsque j'ai posé la dernière croix sur ma toile, il y a quelques jours !

Vu la taille de l'ouvrage (328 points de large, 305 points de haut) j'ai choisi de broder en 1 fil, sur une étamine 10 fils.

013

J'ai respecté à peu près les couleurs, sauf pour les lettres (je n'ai pas pu me résoudre à me passer du bleu !), et bien entendu, pour le quart inférieur de ma composition. Pour le papillon, j'ai choisi des couleurs chaudes :

012 - Copie

Je suis heureuse d'être venue à bout de ce travail, qui m'attendait depuis des années, et que les circonstances m'avaient forcé à reporter.

Les grilles sont à votre disposition. Je ne ferai pas de SAL, je ne vous les proposerai pas à la vente. J'adresserai gratuitement les  15 grilles à celles qui m'en feront la demande, par mail uniquement (utiliser la formule "contacter l'auteur"). Seule condition : s'engager à les broder. C'est pourquoi, après la première grille, je n'enverrai les grilles suivantes qu'en échange d'une photo de la broderie déjà réalisée. Chacune choisira son rythme. Je publierai les photos de vos avancées sur le blog, au fur et à mesure.

A bientôt, donc !

 Edit de 11h:

 J'avais oublié de remercier ma cousine Agnès, qui est aujourd'hui propriétaire de ce marquoir, et qui a très gentiment accepté de me le laisser en dépôt pour réaliser ce travail.

D'autre part, si vous voulez broder le seul papillon, demandez-le moi (toujours par mail), et je vous enverrai la grille.

***

012 - Copie

***