gulf_oil_rig_spill_worsens_19693_600x450

Photo:
http://www.lepost.fr/article/2010/04/30/2054601_
photos-aeriennes-de-la-maree-noire-dans-le-golfe-du-mexique.html

Nus, si nus,

Si faibles, armés de maigres certitudes.

Chaque pas soulève la poussière d'une croix,

Chaque visage clos nous est une brûlure.

Sur nos corps amarrés aux grandes lassitudes,

Quel infime soleil pour quelles pauvres joies?

***

Avons-nous oublié la terre?

Oublié cette tendre demeure

Chargée, déjà, du poids des heures...

La terre n'est plus bleue, mais lourde des hivers,

Et le goût de l'orange déserte nos mémoires,

Et l'oiseau du plaisir s'en retourne aux grimoires.

Les oiseaux maintenant, il faudrait le crier,

Meurent au bord des mer froides, au coeur des marées noires.

***

Demain sera perdu

Le goût du pain et le goût des baisers.

Quand nos enfants seront de minces mécaniques,

Les crayons de couleur auront perdu l'image.

Demain, le temps d'une main à serrer,

Le temps que met un homme pour quitter ses rivages,

Le temps que met le gel pour couvrir les forêts,

Le temps d'ouvrir les mains -notre espoir est bien vieux-

***

Puis d'étrangler l'espoir et de fermer les yeux.

C.F.

5 mai 1977

Pour Emile

Ce poème, qui a plus de trente ans, n'est certes pas très gai... mais, hélas, toujours d'actualité... Aujourd'hui, je serais beaucoup moins encline à "étrangler l'espoir"...

***

Allez, quelques photos de la dent de Crolles, pour alléger un peu l'atmosphère, et vous souhaiter un bon week-end:

001

06/08/2010, 06h14

012

04/08/2010, 05h18

009

03/08/2010, 18h00

***

Au chapitre de la solidarité... des nouvelles de Prémaille:
voir
ici... si vous êtes dans la région...

053